dimanche 25 juin 2017

EURAMES Info Service 25/2017

CONFERENCES
 
1. 51st Seminar for Arabian Studies, British Museum, London, 4-8 August 2017
 
2. 24th International Congress of the German Middle East Studies Association (DAVO)
combined with the "33rd Deutscher Orientalistentag (DOT) / German Oriental Studies
Conference of the German Oriental Society (DMG)", Friedrich Schiller-University,
Jena, 18-22 September 2017
 
3. Workshop: “Ethnicity, Faith and Communal Relations in the Pre-Modern
Mediterranean”, CU Mediterranean Studies Group, University of Colorado, Boulder, 3-4
November 2017 
 
4. Conference: "1917-2017: The Russian Revolution and the (Post-) Ottoman World",
Center for Modern Turkish Studies, Istanbul Şehir University, 3-5 November 2017

5. 2nd International Workshop: "Dialogues in Late Medieval Mediterranean: between
East and West", Alhambra of Granada, Spain, 13-14 November 2017
 
6. Conference: "Women's Involvement in Peace, Security and Transition Processes in
the Arab World", Beirut, 16-18 November 2017
 
7. Conference: “’Revisiting Mamre’: The Stranger in the Three Abrahamic Faiths",
Queens College, New York, 4-5 December 2017 
 
8. Conference: "The Emergence of the Ḥadīṯ as the Authority of Knowledge 
(4th/10th‒8th/14th Centuries)",  Dominican Institute for Oriental Studies (IDEO),
Cairo, 11-13 January 2018

9. Conference: “Cinema of the Arab World”, American University in Cairo, 3-4 March
2018 

10. Colloque international: « Pluralisme religieux, sociétés plurielles : les
religions dans l’espace public européen », IPRA-Alliance Europa, Nantes, 3-5 octobre
2018
 
 
POSITIONS
 
11. PhD Position on "The Demand Side of Clientelism, Focus Tunisia", Institute of
Political Science, University of Duisburg-Essen, Germany
 
12. 2018 Sir William Luce Fellowship for Research on the Gulf Region and Sudan,
Durham University
 
13. Middle East and Islamic Studies Librarian, Emory University, Druid Hills, GA
 
 
OTHER INFORMATION
 
14. New Master's Programme on "Cultural Studies of the Middle East”, Universities of
Bamberg and Erlangen, Germany 
 
15. Master in Middle Eastern Studies, ASERI-Graduate School of Economics and
International Relations, Università Cattolica del Sacro Cuore, Milan 
 
16. Small Grants Program: “Youth” and “Urban Spatial Inequalities”, Arab Council for
the Social Sciences 
 
17. 5th Annual MUBIT Doctoral Workshop in Late- and Post-Ottoman Studies: “From
Unionism to Kemalism: Social and Political Transformation of Turkey”, Basel,
Switzerland, 27-28 October 2017
 
18. Summer School on Ibadism: "Understanding Diversity within Islam", Volos, Greece,
3-9 September 2017
 
19. Summer School on Sufi Studies: “Foundations of Islamic Spirituality", Tamacine,
Algeria, 5-12 September 2017
 
20. Articles on "Infrastructure" for the Online Journal "Middle East - Topics &
Arguments" 
 

 
Wenn Sie Mitteilungen über den DAVO-Info-Service (ca. 1500 Empfänger) und den
EURAMES Info Service (mehr als 6000 Empfänger, nur Mitteilungen auf Englisch und
Französisch, sonst gleicher Inhalt wie DAVO-Info-Service) veröffentlichen wollen,
beachten Sie bitte, dass der Text dem üblichen Format entspricht, 50 Wörter nicht
überschreitet und keinen Anhang enthält. Geben Sie bitte nur die relevanten
Informationen an und verweisen Sie in Ihrer E-Mail an  auf
weitere Details mit einem Link zu der entsprechenden Website oder durch den Hinweis
auf eine E-Mail-Kontaktadresse.
 
If you want to distribute an announcement via DAVO-Info-Service (about 1500
recipients) and EURAMES Info Service (more than 6000 recipients, only English and
French announcements), please apply the usual format of the text with no more than
50 words and no attachment. Please send only the most important information to
 and refer to further details with a link to the respective
website or an email address.
 
Beste regards,
 
Guenter Meyer, Centre for Research on the Arab World (CERAW), University of Mainz
 
 
____________________
 
 
CONFERENCES
 
1. 51st Seminar for Arabian Studies, British Museum, London, 4-8 August 2017

The Seminar for Arabian Studies is the only international forum that meets annually
for the presentation of the latest academic research in the humanities on the
Arabian Peninsula from the earliest times to the present day. 

Information on the programme:
http://www.thebfsa.org/wp-content/uploads/2016/02/Seminar-2017-Programme_DRAFT_7.pdf
 
 
_____________
 
 
2. "24th International Congress of the German Middle East Studies Association
(DAVO)" combined with the "33rd Deutscher Orientalistentag (DOT) / German Oriental
Studies Conference of the German Oriental Society (DMG)", Friedrich
Schiller-University, Jena, 18-22 September 2017

Extended deadline for registration: 30 June 2017. Information:
http://www.dot2017.de/en
 
 
_____________
 
 
3. Workshop: “Ethnicity, Faith and Communal Relations in the Pre-Modern
Mediterranean”, CU Mediterranean Studies Group, University of Colorado, Boulder, 3-4
November 2017
 
Particularly welcome are papers (a) relating to the multi-religious environment of
the region, including cross-confessional influence, relations, syncretism, and
literary and/or artistic representations; or (b) papers that address the longue
durée, methodology, or that are comparative in approach. Papers from any relevant
Humanities or Social Sciences discipline are welcome.
 
Deadline for abstracts: 21 July 2017. Information:
http://mailchi.mp/mediterraneanseminar/cfp-ethnicity-faith-and-communal-relations-mediterranean-seminar-fall-2017-workshop-3-4-november-boulder?e=82aeb6c61d
 
 
_____________
 
 
4. Conference: "1917-2017: The Russian Revolution and the (Post-) Ottoman World",
Center for Modern Turkish Studies, Istanbul Şehir University, 3-5 November 2017
 
The following questions will be addressed: How did the world respond to the ideas
spread from the revolution? Were the ideas of the revolution picked up by the
nationalist movements in the Balkans and the MENA region vis-à-vis the Ottoman
Empire? What are the differences between the political systems and regimes crafted
after the collapse of the Ottoman Empire to that of the Soviet state? etc.

Deadline for abstracts: 15 July 2017. Information:
http://cemts.sehir.edu.tr/1917/en/home/
 
 
_____________
 
 
5. 2nd International Workshop: "Dialogues in Late Medieval Mediterranean: between
East and West", Alhambra of Granada, Spain, 13-14 November 2017

The Workshop is planned within the framework of the AtMedGIS Project (MSCA - Horizon
2020). Interventions will have a duration of 20 minutes, in one of the following
languages: English, Spanish, Portuguese or French.

Deadline for abstracts: 25 July 2017. Information:
http://iem.fcsh.unl.pt/imagens/files/IEMActiv_2017_Workshop_ArtMedGIS_2_CFP.pdf
 
 
_____________
 
 
6. Conference: "Women's Involvement in Peace, Security and Transition Processes in
the Arab World", Beirut, 16-18 November 2017
 
The Friedrich-Ebert-Stiftung and Musawa/Women's Study Center are inviting academics,
political activists as well as practitioners from the field of civil society/women's
rights movements to participate in a conference.
 
Deadline for abstracts: 15 July 2017. Information:
http://www.fes-syria.org/research/womens-involvement-in-peace-security-and-transition-processes-in-the-arab-world/
 
 
_____________
 
 
7. Conference: “’Revisiting Mamre’: The Stranger in the Three Abrahamic Faiths",
Queens College, New York, 4-5 December 2017 

The purpose of this conference is to provide a forum for scholars across the
disciplines to discuss the significance of this original impulse embodied in
Abraham, particularly vis-à-vis the divisive and exclusionary impulses that
otherwise get played out in both the historical and contemporary manifestations of
the three Abrahamic faiths.

Deadline for abstracts: 25 August 2017. Information:
https://revisitingmamre.wordpress.com/
 
 
____________
 
 
8. Conference: "The Emergence of the Ḥadīṯ as the Authority of Knowledge 
(4th/10th‒8th/14th Centuries)",  Dominican Institute for Oriental Studies (IDEO),
Cairo, 11-13 January 2018

Is it appropriate to use contemporary human sciences to study the texts of the
Arab-Islamic patrimony or should it be limited to the Ḥadīṯ? IDEO would like to
contribute to this debate by studying the emergence of the Ḥadīṯ as the authority of
knowledge in the Islamic sciences.

Deadline for abstracts: 30 September 2017. Information:
http://www.ideo-cairo.org/en/2017/06/the-emergence-of-the-%E1%B8%A5adi%E1%B9%AF-as-the-authority-of-knowledge-4%E1%B5%97%CA%B010%E1%B5%97%CA%B0%E2%80%928%E1%B5%97%CA%B014%E1%B5%97%CA%B0-centuries/
 
 
_____________
 
 
9. Conference: “Cinema of the Arab World”, American University in Cairo, 3-4 March
2018 
 
Papers are welcome which problematize contemporary scholarship on cinema of the Arab
world by offering critiques of colonized theory or by offering new lines of inquire
which carry the discourse beyond prevailing tendencies. 
 
Deadline for abstracts: 31 August 2017. Information:
https://networks.h-net.org/node/15766/discussions/181615/call-abstracts-cinema-arab-world
 
 
_____________
 
 
10. Colloque international: « Pluralisme religieux, sociétés plurielles : les
religions dans l’espace public européen », IPRA-Alliance Europa, Nantes, 3-5 octobre
2018
 
Au cours de ce colloque, nous étudierons l’héritage religieux dans les sociétés
européennes et dans leurs espaces d’influence, de contacts et d’échanges à travers
cinq sessions académiques sur des thèmes clés en privilégiant des approches
favorisant le dialogue entre les disciplines.
 
Date limite : 1 septembre 2017. Information :
http://ipra.eu/fr/2017/05/03/colloque-international-pluralisme-religieux-societes-plurielles-les-religions-dans-lespace-public-europeen/
 
 
_____________
 


POSITIONS
 
11. PhD Position on "The Demand Side of Clientelism, Focus Tunisia", Institute of
Political Science, University of Duisburg-Essen, Germany

Command of English and French (or Tunisian Arabic) is required. The successful
applicant would be based in Duisburg and would be supported to pursue a PhD while
working in the project (2 years).

Deadline for applications: 10 July 2017. Information:
https://mqpellicer.wordpress.com/demand-side-of-clientelism/
 
 
_____________
 

12. 2018 Sir William Luce Fellowship for Research on Gulf Region and Sudan, Durham
University

The residential fellowship (Apr-June 2018) carries a grant, accommodation and meals,
and is a valuable research and publication opportunity for post-doctoral scholars,
diplomats, politicians, or business executives, working on Iran, the Gulf states,
South Arabia and Sudan: more details are provided in the notice.

Deadline for application: 8 September 2017. Information:
http://www.dur.ac.uk/sgia/imeis/lucefund/
 
 
_____________
 
 
13. Middle East and Islamic Studies Librarian, Emory University, Druid Hills, GA 
 
Preferred Qualifications: Library experience as a Middle East and Islamic Studies
Librarian; cataloging experience; reading knowledge of Persian; practical knowledge
of ACRL’s Framework for Information Literacy for Higher Education; experience
working with ALMA, vendor sites such as YBP’s GOBI, libguides, LibAnswers, etc.
 
Deadline for application: 17 July 2017. Information:
https://sjobs.brassring.com/TGnewUI/Search/home/HomeWithPreLoad?PageType=JobDetails&partnerid=25066&siteid=5449&areq=72531br#jobDetails=undefined

 
 
_____________
 
 
OTHER INFORMATION
 
14. New Master's Programme on "Cultural Studies of the Middle East”, Universities of
Bamberg and Erlangen, Germany 

The new bilingual Elite Master’s Programme is being introduced in the 2017/18 winter
semester. It will focus on diversity and historical change in the cultures of the
Middle East. It is Germany’s first elite course of study in this field and an
opportunity for highly motivated students to prepare for their PhD and make an early
start for a professional career in an academic setting.

Deadline for application: 15 July 2017.Information:
http://www.culturalstudiesmideast.de/
 
 
_____________
 
 
15. Master in Middle Eastern Studies, ASERI-Graduate School of Economics and
International Relations, Università Cattolica del Sacro Cuore, Milan 
 
Applications are open for the one year intensive program starting January 2018, with
an international, high level faculty. The program focuses on the contemporary
period, through a multi-disciplinary approach ranging over international relations,
geopolitics, security, economy and energy, but taking into account also the
historical and religious foundations of the Middle East. Scholarships available.
 
Deadline for application: 30 October 2017. Information: http://aseri.unicatt.it/mimes
 
 
_____________
 
 
16. Small Grants Program: “Youth” and “Urban Spatial Inequalities”, Arab Council for
the Social Sciences 
 
This funding opportunity aims to support scholars and professionals in the Arab
region undertaking five kinds of activities: conference presentations, internships,
pilot studies, dissemination events, and organizing workshops. Applicants must be
citizens of an Arab League member state or nationals of an Arab country. Applicants
must hold at least a Master’s degree.
 
Deadline for application: 4 August 2017. Information:
http://www.theacss.org/pages/sgp 
 
 
_____________
 

 17. 5th Annual MUBIT Doctoral Workshop in Late- and Post-Ottoman Studies: “From
Unionism to Kemalism: Social and Political Transformation of Turkey”, Basel,
Switzerland, 27-28 October 2017

This workshop intends to shed light on specific historiographical questions emerging
from the interactions of political developments, demographic realities and social
mobilization in Turkey from the Unionist through the Kemalist era (1908-1945). By
examining such interactions, we aim to reassess and rethink some of the dominant
viewpoints and paradigms relating to the general contours of Turkish history. 

Deadline for application: 1 August 2017. Information:
https://nahoststudien.unibas.ch/en/research/gsss-mubit/mubit/course-programme/
 
 
_____________
 
 
18. Summer School on Ibadism: "Understanding Diversity within Islam", Volos, Greece,
3-9 September 2017

The Summer School is co-organized by the University of Naples L'Orientale, the
Aristotle University of Thessaloniki, the College of Islamic Law of the Sultanate of
Oman and the Department of Interfaith Studies of Volos Academy for Theological
Studies

Deadline for application: 30 June 2017. Information: http://www.ibadistudies.org/
 
 
_____________
 
 
19. Summer School on Sufi Studies: “Foundations of Islamic Spirituality", Tamacine,
Algeria, 5-12 September 2017

The Summer School in the heart of the Algerian desert is organized by association
Perennia Verba (Parma, IT) in collaboration with the Istituto per l’Oriente Carlo
Alfonso Nallino (Rome, IT) and the Officina di Studi Medievali (Palermo, IT).

Deadline for application: 10 July 2017. Information:
http://www.academia.edu/33617420/Summer_School_on_Sufi_Studies_Temacine_Ageria_Sept_2017_.pdf

 
 
_____________
  
 
20. Articles on "Infrastructure" for the Online Journal "Middle East - Topics &
Arguments" 

We are looking for submissions that look back into the temporality of
infrastructures: histories of colonialism and imperialism that once shaped Middle
Eastern and North African societies and the post/neo-colonial continuations of
material networks that facilitate and control communities.

Deadline for abstracts: 3 July 2017. Information:
http://meta-journal.net/announcement/view/17
 
 

samedi 24 juin 2017

Σχετικά με το Ισλαμικό Κράτος, α', β', γ' μέρος, από την ιστοσελίδα WWW.LESCLESDUMOYENORIENT.COM.

http://www.lesclesdumoyenorient.com/Emergence-et-enracinement-de-l-Etat-islamique-1-3.html


EMERGENCE ET ENRACINEMENT DE L’ETAT ISLAMIQUE (1/3) 
ARTICLE PUBLIÉ LE 05/06/2017

Par Matthieu Saab

Dernières actualités

L’Etat islamique est un mouvement sunnite qui a conquis des territoires à l’Ouest de l’Irak, à l’Est de la Syrie et en Libye à partir desquels il a créé un califat qui revendique le contrôle du pouvoir politique et théologique dans l’ensemble du monde musulman. Cependant, son projet de bâtir un Etat a été caractérisé beaucoup plus par une violence aveugle que par une volonté de construire des infrastructures étatiques. Les succès militaires de l’Etat islamique en 2014 ont encouragé des milliers de soldats étrangers à venir grossir ses effectifs alors que des groupes insurgés et terroristes agissant en son nom organisent des attaques contre la population civile aussi bien aux Etats-Unis, en Europe que dans le Sud de l’Asie.

Introduction

L’Etat islamique a été créé suite à l’invasion de l’Irak par les Etats-Unis en 2003 et à la fusion du mouvement de Abou Mousab al-Zarkaoui, Jama’at al-Tawhid wa’al-Jihad avec al-Qaïda qui a permis l’émergence de al-Qaïda en Irak (AQI). Zarkaoui s’est attaqué à des chiites et à leurs lieux saints afin de provoquer une réaction hostile de leur part, entrainant du coup une guerre civile incontrôlable à laquelle les Américains vont être mêlés (1).
Zarkaoui a été tué par les Américains en 2006, AQI fut affaibli ce qui encouragea les tribus sunnites à se réconcilier avec le gouvernement du Premier ministre chiite Nouri al-Maliki installé en Irak avec l’appui des Américains. Par la suite, AQI a été rebaptisé Etat islamique d’Irak, puis Etat islamique d’Irak et de al-Sham (IS ou ISIS). Suite à ces restructurations, al-Qaïda a continué à agir comme un groupe indépendant dirigé par Ayman al-Zawahiri.
L’Etat islamique recouvre une grande partie des pays du Levant, à l’Est de la Méditerranée et a élargi ses ambitions depuis le déclenchement des printemps arabes en 2011. Par la suite, l’EI va se renforcer en soutenant la population sunnite en Irak et en Syrie. Le pouvoir du gouvernement al-Maliki va se raffermir suite au retrait américain de 2010 et va isoler les sunnites afin de les affaiblir davantage.
Maliki va faire face à une corruption endémique et à une désertion croissante au sein des forces armées irakiennes, ce qui encouragea l’Etat islamique à s’emparer de Mossoul en juin 2014. Par la suite, la ville de Raqqa au Nord de la Syrie va devenir de facto la capitale de l’Etat islamique grâce à la création de nouvelles institutions (judiciaires, économiques, éducatives, médicales et sécuritaires) afin d’assurer les besoins de la population.
Suite à sa création et à sa consolidation, l’Etat islamique s’est propagé en Afghanistan, au Bangladesh, en Egypte, en Indonésie, au Nigeria, au Pakistan, aux Philippines, en Arabie saoudite et au Yémen. Cette expansion va de pair avec le recrutement de combattants étrangers au Levant dont plus de 3,400 proviennent des pays Occidentaux (2).
Le recrutement par l’EI de combattants islamistes provenant des pays Occidentaux et les attaques terroristes contre des civils en Occident génèrent une hostilité sourde à l’égard de l’Etat islamique. Ainsi, deux des auteurs des attentats suicides ayant endeuillé Paris en novembre 2015 avaient rejoint l’Europe à travers la Grèce sous la couverture de « réfugiés », ce qui a provoqué l’hostilité des mouvements anti-immigrés en Europe occidentale et aux Etats -Unis.
L’Etat islamique va se renforcer dans les pays où le pouvoir central est faible, notamment au Yémen, en Libye, en Somalie et au Nigéria. Dans les pays tels que l’Algérie où le pouvoir central est solidement installé, l’Etat islamique n’a pas pu s’imposer. D’autant plus que 99% de la population algérienne est sunnite, ce qui rend impossible la stratégie fondée sur un conflit avec les chiites comme cela est encouragé par l’Etat islamique dans d’autres pays (3). En Eurasie, l’Etat islamique s’impose en Afghanistan, au Tadjikistan et en Ouzbékistan. Il veut déstabiliser l’Asie centrale en s’opposant notamment à Bakou, à Moscou et à Tbilissi. D’autres forces militaires islamistes, notamment Jabhat al-Nusra un groupe salafiste djihadiste qui représente al-Qaïda, font appel à des combattants étrangers notamment des Tchétchènes et souhaitent se joindre à l’Etat islamique dans le Caucase.
Les combattants de l’Etat islamique provenant d’Europe Centrale, d’Europe de l’Est, d’Europe de l’Ouest, du Caucase et des Etats-Unis ont des motivations profondément religieuses. Ils veulent « glorifier la parole de Dieu sur terre ». Cependant, il est très difficile de mesurer leur degré d’implication religieuse. L’idéologie de l’Etat islamique est avant tout basée sur une polarisation binaire et une vision manichéenne et absolutiste du monde qui a pour objectif de protéger et d’étendre la « communauté musulmane ». Les combattants de l’EI ont des motivations philosophiques qui s’expriment à travers la recherche d’une identité, d’un statut et par le développement d’une profonde dévotion dans le but de construire et de renforcer le califat. D’autre part, ces combattants veulent vivre dans une « communauté parfaite » qui se matérialise par une justice sociale et par une égalité entre tous les habitants du califat (4). Il faut signaler que les relations familiales, économiques, culturelles et sociales permettent aux combattants de l’EI de consolider leur attachement au califat.

L’Etat islamique et al-Qaïda

L’Etat islamique et al-Qaïda ont des divergences fondamentales au niveau idéologique et stratégique. Les deux organisations souhaitent faire appliquer la Loi islamique sur les territoires qu’elles occupent. Cependant, elles ont des priorités divergentes : ainsi Abou Bakr al-Baghdadi et l’Etat islamique veulent en priorité construire un Etat alors que Zawahiri, le chef d’al-Qaïda souhaite se battre contre l’« ennemi lointain » (l’Occident) avant de fonder un Etat. Cependant, l’EI est plus populaire qu’al-Qaïda. Dans les régions qu’elle contrôle, al-Qaïda exige de ses affiliés comme Jabhat al-Nusra et al-Qaïda dans la Péninsule Arabique (AQAP) de traiter correctement les minorités et d’encourager l’intégration des populations dans ces régions. L’Etat islamique quant à lui préfère se consacrer au développement de la « pureté religieuse » même si cela lui impose de faire appel à la terreur contre la population qui s’opposerait à cet objectif (5).
L’Etat islamique occupe des territoires plus vastes que ceux contrôlés par al-Qaïda, ce qui encourage les mouvements tels que Boko Haram au Nigeria à s’allier au nouvel Etat. En outre l’EI s’attaque indistinctement à des civils à Beyrouth et à Paris alors que al-Qaïda s’oppose uniquement à la population non-musulmane. De nombreux djihadistes coopèrent avec l’Etat islamique et avec al-Qaïda indistinctement. L’EI a une vision apocalyptique de l’avenir ce qui provoque le dédain d’al-Qaïda.
Actuellement, l’EI semble prendre l’ascendant sur al-Qaïda bien que ce mouvement a des problèmes de recrutement et de financement. La mort de Zawahiri, qui n’a pas de successeur désigné, pourrait favoriser l’EI, alors que les succès des filiales d’al-Qaïda, AQAP et al-Nusra pourraient faire pencher la balance en sa faveur. Cependant, et quelque soit l’évolution du rapport de forces entre ces deux mouvements, ils sont tous les deux des ennemis implacables du monde occidental.

Organisation d’une coalition occidentale contre l’EI

Le Président Obama a mis en place en 2014 une coalition militaire rassemblant 60 pays qui s’opposent à l’Etat islamique. Cette coalition a effectué plus de 14,093 attaques aériennes en Irak et en Syrie, et depuis juillet 2014, l’EI a perdu 50% de son territoire en Irak et 20% en Syrie. La coalition comprend également les forces kurdes rassemblées au sein du YPG (« People’s Protection Units »), une milice kurde syrienne, qui ont prouvé leur efficacité sur le terrain et ont refoulé l’Etat islamique hors des territoires peuplés de Kurdes dans la région (6). Ainsi, la formation d’une coalition arabo-kurde (« Les Forces Démocratiques de Syrie ») a permis le rejet des combattants de l’Etat islamique sur la frontière turco-syrienne.
Abou-Bakr al-Baghdadi, qui dirige le califat, a annoncé en décembre 2016 que l’EI encourage le djihadisme global et les attentats-suicides similaires à ceux qui ont endeuillé la ville de Mossoul en 2014, la Turquie, l’Irak, le Bangladesh et l’Arabie saoudite (7). Cette stratégie devrait renforcer l’EI face aux attaques aériennes américaines et occidentales.
La consolidation des territoires occupés par le « proto-Etat » va privilégier son enracinement au Levant et en Afrique du Nord. Son prestige dans ces régions s’appuie notamment sur le fait que l’Etat islamique veut remettre en cause les frontières géographiques fixées par l’Occident à la fin de la Première Guerre mondiale. Ainsi, l’EI occupe de larges territoires peuplés par une population indigène et remet en cause les accords de Sykes-Picot, ce que Ben Laden a voulu faire il y a 15 ans sans succès. L’EI a réussi à atteindre cet objectif et a rassemblé des dizaines de milliers de combattants étrangers venant de plus de 100 pays afin de consolider le nouveau califat (8).

Renforcement de l’EI grâce à l’innovation et aux réseaux sociaux

L’EI a les ressources (financières, militaires, humaines et géographiques) pour adapter son organisation et ses structures afin de créer des stratégies plus précisément caractérisées par l’innovation.
D’un point de vue financier, ISIS a diverses ressources provenant notamment de la vente de pétrole, du prélèvement de taxes (sur les transferts financiers, sur les marchandises, sur l’activité bancaire, sur les habitants non-musulmans du califat…), de l’imposition de rançons sur la population et des donations provenant de riches entrepreneurs alliés (9). Le financement provenant de la vente de pétrole sur le marché noir avait permis à l’EI de disposer de 1 à 3 millions de dollars sur une base quotidienne. Il faut signaler que le prix de l’or noir commercialisé par l’Etat islamique est largement inférieur aux prix pratiqués sur le marché officiel, ce qui lui a permis de proposer des prix très attractifs sur le marché noir. Mais l’intervention des armées occidentales a notablement diminué ces ressources du fait du recul de l’EI dans les territoires syriens et irakiens.
Les succès enregistrés par la coalition pro-américaine contre l’EI en Syrie et en Irak sont cependant insuffisants. En effet, la destruction du centre de gravité de l’Etat islamique, c’est-à-dire sa capacité à innover, est indispensable afin de le mener à sa perte, sans quoi l’EI développera de nouvelles tactiques et s’adaptera aux nouvelles circonstances. L’EI peut également créer des antennes dans d’autres pays et imposer la terreur en Occident et en Asie (10).
En attendant, les Etats-Unis et leurs partenaires ont réussi à affaiblir trois des six facteurs de l’innovation : le facteur financier, les ressources militaires et la présence géographique. Il leur reste à détruire l’organisation, sa gestion des ressources humaines et sa capacité à créer, expérimenter et propager sa stratégie.
Bien que l’EI a subi d’importants revers militaires en Syrie et en Irak, il a réussi à développer son réseau terroriste international. Les partisans de l’Etat islamique sont ainsi présents sur la toile et utilisent Twitter et Telegram. Certains de ces médias sociaux sont transparents et faciles à identifier, d’autres sont protégés. La variété des plates-formes utilisées, le nombre élevé des partisans de l’EI et le volume total des informations diffusées sur la toile empêchent les gouvernements occidentaux et leurs alliés de confiner la menace islamiste sur le réseau international. La stratégie marketing de l’EI lui permet de se glisser dans la « conscience universelle globale » des utilisateurs des réseaux sociaux. Mais il dépend fondamentalement de plates-formes informatiques qu’il ne peut contrôler, ce qui rend l’organisation vulnérable aux modifications de la législation et aux mises à jour des mesures de sécurité sur les sites occidentaux. 
Le contrôle et la vérification des contenus peuvent conduire Twitter à suspendre des comptes utilisés par les partisans de l’EI et à démanteler leur présence sur la toile. Ainsi, depuis la mi-2015, Twitter a fermé 360,000 comptes dont les titulaires sont accusés de diffuser une propagande terroriste et djihadiste. Or, les sympathisants de l’EI continuent de créer de nouveaux comptes chaque jour malgré l’opposition occidentale. Utilisant la même logique, Facebook et Google ont diffusé des campagnes d’information hostiles à l’EI. Le gouvernement américain a une stratégie nommée « Madison Valleywood Project », qui encourage les réseaux sociaux à s’opposer à la propagande de l’EI grâce à la diffusion de contre-récits et à une application stricte de leur règlement intérieur et de leur politique de protection contre le terrorisme (11).
La fermeture des comptes à laquelle les sympathisants de l’EI sont confrontés les encourage à migrer vers d’autres plates-formes qui leurs permettent de protéger leur anonymat et d’atténuer les risques en matière de sécurité. Dans ces conditions, les plates-formes comme Twitter et Facebook sont délaissées et les partisans de l’EI s’appuient sur des services de messagerie privée qui permettent d’utiliser la technologie d’encodage ; il s’agit notamment de ProtonMail, Surespot et Telegram. Vu la complexité de ces technologies, il est difficile de connaître le nombre total des partisans du terrorisme international qui les utilisent (12).
Une autre stratégie de l’EI consiste à créer de nombreux comptes en espérant qu’ils ne seront pas tous identifiés et suspendus. Ainsi, il n’est pas rare que des sympathisants de l’EI maintiennent de nombreux comptes et profils sur Facebook, Twitter, Wordpress, Kik, Ask.fm, Tumber, YouTube et Google+ afin de diffuser la propagande terroriste (13).
Dans ces conditions, il est nécessaire de revoir la stratégie à suivre contre le dynamisme de la propagande djihadiste sur les réseaux sociaux. Pour cela, il faut utiliser des techniques de diffusion de l’information qui évoluent en temps réel comme par exemple l’« implantation numérique » qui est une technologie permettant à des utilisateurs qui s’opposent à l’EI, tels que les autorités judiciaires et les journalistes, de se fixer au cœur des réseaux djihadistes avec lesquels ils partagent le même « paysage des médias ». Le succès des opposants au terrorisme international dépend de leur capacité à occuper le même espace virtuel que les sympathisants du groupe terroriste. Les contreterroristes doivent pour cela disposer de suffisamment de ressources (compétences techniques et expertise thématique) et les utiliser de manière souple (14). Cependant, afin de faire face au contreterrorisme, le mouvement terroriste a décentralisé son organisation sur la toile, multiplié les plates-formes informatiques qu’il utilise et le nombre de ses adhérents clandestins. Dans ces conditions, et au lieu d’obliger les sympathisants de l’EI de changer de plate-forme, les contreterroristes doivent limiter les ressources de l’EI en faisant appel à la législation, à la réglementation, à la censure, à l’expulsion et à la contre-information. Or, les partisans des terroristes démontrent leur souplesse, leur ingéniosité, leur opportunisme et leur résilience sur la toile. Dans ces conditions, les autorités politiques et judiciaires et les firmes technologiques impliquées contre le terrorisme doivent constamment s’adapter à cette situation (15).
Notes :
(1) Zachary Laub, « The Islamic State », Council on Foreign Relations http://www.cfr.org/iraq/islamic-state/p14811 le 10 août 2016.
(2) Ibid.
(3) Dalia Ghanem-Yazbeck, « ISIS and al-Qaida’s Expansion : Q&A with Dalia Ghanem-Yazbeck », Carnegie Middle East Center http://carnegie-mec.org/2015/12/14/isis-and-al-qaeda-s-expansion-q-with-dalia-ghanem-yazbeck-pub-62266 le 14 décembre 2015
(4) Ibid. 
(5) Daniel L. Byman, « Will ISIS and al-Qaïda always be rivals ? », Brookings Institutionhttps://www.brookings.edu/blog/markaz/2016/05/27/will-isis-and-al-qaida-always-be-rivals/ le 27 mai 2016.
(6) Zachary Laub, « The Islamic State », Council on Foreign Relations http://www.cfr.org/iraq/islamic-state/p14811 le 10 août 2016.
(7) Hassan Hassan, « Is ISIS Unstoppable ? », The New York Times https://www.nytimes.com/2016/07/10/opinion/is-the-islamic-state-unstoppable.html?_r=0 le 9 juillet 2016.
(8) Bruce Hoffman, « The Battle against ISIS : The Trump Administration’s 30-day Review », The Cipher Briefhttps://www.thecipherbrief.com/column/network-take/battle-against-isis-trump-administrations-30-day-review-1089 le 26 février 2017.
(9) David L. Knoll, « How ISIS Endures by Innovating », Foreign Affairs https://www.foreignaffairs.com/articles/2016-09-30/how-isis-endures-innovating le 30 septembre 2016 
(10) Ibid.
(11) Audrey Alexander, « How to Fight ISIS Online », Foreign Affairs https://www.foreignaffairs.com/articles/middle-east/2017-04-07/how-fight-isis-online le 7 avril 2017.
(12) Ibid.
(13) Ibid.
(14) Ibid.
(15) Ibid.

==========

EMERGENCE ET ENRACINEMENT DE L’ETAT ISLAMIQUE (2/3) 
ARTICLE PUBLIÉ LE 19/06/2017

Par Matthieu Saab

Configuration militaire en 2017

En Irak, en 2017, l’EI continue à se battre contre les armées occidentales à Kirkouk, à Tikrit, à Samarra et à Bagdad. La mise en place d’un pouvoir stable dans les territoires libérés de la présence de l’EI n’est pas assurée. D’autre part, les listes de personnes suspectées d’avoir des activités terroristes dans les territoires libérés ne sont pas toujours fiables. Il est d’autant plus difficile de s’opposer à ces combattants que la corruption, et donc la libération des ex-collaborateurs de l’Etat islamique moyennant le règlement d’une rançon, est une pratique courante dans les territoires libérés de l’influence de l’EI (1). Enfin, l’EI fait circuler des rumeurs portant sur la volonté de l’Etat irakien dirigé par des chiites, de s’opposer à la population sunnite démographiquement plus importante. En outre, les terroristes continuent à exercer une influence anti-occidentale sur la population locale, ce qui encourage les sunnites à créer de nouveaux mouvements insurrectionnels comme « Tariqat Naqshbandi » et les « Brigades Révolutionnaires de 1920 » (2).
En Syrie, l’Armée arabe syrienne (SAA) représente le gouvernement syrien. Elle est dirigée par les membres du Parti socialiste arabe et est constituée par des soldats appartenant à diverses ethnies et religions ; ces soldats sont en majorité des sunnites musulmans. La nouvelle Constitution syrienne de 2012 leur accorde en effet une importance primordiale dans le fonctionnement de l’Etat syrien. La SAA est secondée par le Hezbollah libanais dont les soldats sont chiites. Des membres du Conseil des Gardiens de la Révolution iraniens, également chiites, appuient les forces syriennes sur le terrain : sunnites et chiites se sont ainsi alliés afin de mettre fin à l’EI. Cette coalition s’est élargie aux chrétiens syriens, aux chrétiens orthodoxes venant de Russie et à l’armée russe, ainsi qu’à des communistes chinois (3).

Les Etats-Unis face à l’Etat islamique

Sous les présidences de George W. Bush et de Barak Obama, les succès tactiques et opérationnels n’ont pas été transformés en succès politiques et stratégiques sur le long terme, en particulier les conflits irakiens et afghans. Concernant l’EI, le Président Obama a structuré une stratégie qui a permis de le repousser temporairement. Son allocution nationale en septembre 2014 sur les risques courus par les Américains en raison du renforcement du mouvement terroriste international a permis de dégager une stratégie basée sur des objectifs, des moyens et des ressources afin de détruire l’EI. D’un point de vue diplomatique, les Etats-Unis ont canalisé une coalition internationale pour contrer l’EI, ce qui a permis de réduire notablement ses ressources économiques, ainsi que la présence militaire de l’EI en Syrie et en Irak, d’emprisonner ou de tuer plus de 180 hauts gradés de l’organisation, d’affaiblir ses ressources financières et de diminuer drastiquement ses capacités en terme de propagande.
Actuellement, les Américains veulent libérer les deux principaux fiefs de l’EI, Mossoul en Irak (là où Abou Bakr al-Baghdadi a annoncé la création du califat en 2014), et Raqqa en Syrie. Une victoire militaire dans ces deux régions permettrait de diminuer les appuis financiers de l’organisation dans la région et ailleurs dans le monde, afin notamment de limiter drastiquement le nombre de combattants étrangers qui se battent à ses côtés.
Une victoire militaire de la coalition internationale pourrait conduire à un « succès catastrophique » si elle n’est pas suivie d’une occupation programmée des territoires libérés, proposant notamment à la population locale une alternative politique qui s’opposerait à celle de l’EI, par la mise en place de structures gouvernementales efficaces. En ce sens, la collaborer avec les « sociétés civiles » dans ces pays, notamment dans le domaine de l’éducation, est essentielle (4). Enfin, dans quelle mesure la coalition devra-t-elle transformer ces victoires sur le terrain en une stratégie victorieuse qui empêchera l’émergence d’autres mouvements terroristes et qui permettra de consolider une région stable au Proche-Orient. A cet effet, rappelons que les communautés sunnites en Irak et en Syrie sont délaissées par les pouvoirs en place, ce qui pourrait alimenter une poursuite de la guerre civile. Des efforts diplomatiques sont nécessaires, pour conduire les dirigeants de Bagdad et de Damas à faire des réformes politiques tendant à mettre en place des gouvernements représentatifs. Cette politique devrait en outre permettre la création d’institutions judiciaires afin de restaurer l’Etat de droit dans ces régions (5).
Dans ces conditions, l’administration Trump devrait réduire la médiatisation du danger djihadiste, informer le peuple américain que la guerre contre l’EI pourrait prendre de nombreuses années et ne pas stigmatiser les trois millions d’Américains de confession musulmane afin d’éviter la possibilité d’une radicalisation. En effet, le FBI a besoin de la coopération des Américains et des résidents étrangers de confession musulmane afin de mettre fin au radicalisme islamique. Enfin, l’administration américaine devra s’opposer à toute forme d’extrémisme et favoriser le respect des principes fondateurs de la démocratie américaine dans le cadre d’une longue guerre contre le djihadisme global (6), et mettre en place une stratégie à long terme qui fixerait des objectifs réalistes permettant la canalisation de tous les instruments du pouvoir américain (militaires et non-militaires) afin de détruire l’EI.

Rôle de la Turquie

Les Etats-Unis veulent détruire l’EI et maintenir leur présence à long terme dans cette région du monde en privilégiant leurs nouveaux alliés (les Kurdes syriens) et leurs anciens alliés (la Turquie et l’Irak) et en isolant l’Iran et son allié russe.
Ainsi, la stratégie américaine à Raqqa est articulée autour d’une alliance avec les Forces Démocratiques Syriennes (SDF) composées d’une milice kurde syrienne (YPG) et d’un contingent arabe sunnite de plus de 25,000 soldats. Or, ce contingent arabe au sein de la SDF est faible et les Kurdes ont peu d’appui dans des villes arabes telles que Raqqa. De plus, l’Etat islamique se présente comme un représentant du nationalisme arabe contre les Kurdes alors que les objectifs du YPG à l’égard des gouvernements syrien, turc, iranien et russe ne sont pas connus.
Ankara, pour sa part, estime que le YPG est une ramification du mouvement nationaliste des travailleurs kurdes (PKK) avec lequel la Turquie est en conflit, et que ces deux mouvements veulent contrôler la frontière sud de la Turquie avec la Syrie, ce que Ankara veut empêcher même si les Etats-Unis et le YPG sont prêts à s’unir militairement contre elle (7).
Afin de mettre fin à cette situation et de libérer la ville de Raqqa de toute présence de l’Etat islamique, la Turquie propose d’utiliser sa propre armée au nord de la Syrie avec ses alliés de l’Armée syrienne libre (FSA). Or, ces deux armées viennent tout juste de terminer une bataille harassante contre l’EI dans la ville de al-Bab. Dans ces conditions, les Américains pourraient être tentés de compter uniquement sur le YPG et d’ignorer les intérêts turcs dans la région, ce qui contraindrait ces derniers à se tourner vers la Russie et l’Iran et à remettre en cause l’autre objectif américain dans la région, à savoir, l’endiguement de la puissance iranienne dans les pays arabes.
La victoire du Président Erdogan au référendum d’avril 2017 a changé la donne. Elle lui permet de modérer sa politique à l’égard du PKK et du YPG alors qu’il a besoin des Kurdes syriens pour former un cordon sanitaire contre l’instabilité syrienne, et des Kurdes irakiens afin de le protéger contre l’instabilité de l’Irak.
Dès lors, et suite au référendum d’avril, les Etats-Unis veulent se consacrer à la chute de Raqqa avec l’aide du YPG, du FSA et de la Turquie sans recourir à la Russie, aux Iraniens et au Président Assad. Cette alliance pourrait conduire à une réconciliation entre le PKK, le YPG et le gouvernement turc. Or, sur le terrain, la contribution russe contre l’EI importante (8).
Afin d’atteindre cet objectif, le président Erdogan pourrait libérer le dirigeant kurde du PKK, Abdullah Ocalan, emprisonné en Turquie depuis 2015. Ocalan est en effet le dirigeant kurde le plus respecté en Turquie et en Syrie et a une grande influence sur le PKK et le YPG. Sa libération pourrait imposer à ces deux parties d’engager des négociations avec Erdogan.
Notes : 
(1) Martin Berger, « What Future Awaits ISIS in Irak ? », New Eastern Outlookhttp://journal-neo.org/2017/03/03/what-future-awaits-isis-in-iraq/ le 3 mars 2017.
(2) Idem.
(3) Caleb Maupin, « Disarming ISIS Enemies ? US ‘Arms Control’ Sanctions are Deeply Mistaken », New Eastern Outlookhttp://journal-neo.org/2017/04/01/disarming-isis-enemies-us-arms-control-sanctions-are-deeply-mistaken/ le 4 avril 2017.
(4) Dalia Ghanem-Yazbeck, « ISIS and al-Qaida’s Expansion : Q&A with Dalia Ghanem-Yazbeck », Carnegie Middle East Center.
(5) Christopher J. Bolan, « Strategic Insights : Strategic Questions Loom Large for President Trump in the Middle East », Strategic Studies Institutehttp://ssi.armywarcollege.edu/index.cfm/articles/Strategic-Questions-Loom-Large/2017/04/11 le 11 avril 2017.
(6) Idem.
(7) James Jeffrey, Soner Cagaptay, « Trump Needs Political-Military Plan for ISIS », The Washington Institute for Near East Policyhttp://www.washingtoninstitute.org/policy-analysis/view/trump-needs-political-military-plan-for-isis le 1er mars 2017.

(8) Idem.

=============

EMERGENCE ET ENRACINEMENT DE L’ETAT ISLAMIQUE (3/3) 
ARTICLE PUBLIÉ LE 20/06/2017

Par Matthieu Saab

L’EI et les Iraniens

Sur le champ de bataille irakien, l’EI a subi de violents revers en mai-juin 2017 à Mossoul, en grande partie grâce à l’intervention des Gardiens de la Révolution iraniens. L’attentat terroriste du 7 juin qui a endeuillé Téhéran et qui a été revendiqué par l’EI, exprime sans doute la défaite du mouvement terroriste en Irak. Les terroristes s’en sont pris aux deux symboles de la Constitution iranienne : le principe islamique (la sépulture de Khomeiny) et le principe de la représentation populaire (le Parlement iranien). Il faut signaler que les élections présidentielles iraniennes du 19 mai 2017 ont permis au Président Hassan Rouhani d’être réélu avec 23 millions de voix, une participation du corps électoral de 74% et une victoire nette de 57% (1).

L’EI en Palestine

L’EI s’implante progressivement à Gaza depuis 2014, et ses partisans estiment qu’il faut créer un Etat islamique en Palestine dans le cadre d’un Califat. Ce projet existait déjà dans les Hadiths du Prophète qui sont très lus dans les communautés musulmanes pauvres dont Gaza fait partie (2).
Un grand nombre de Palestiniens membres de l’EI à Gaza a été attiré par le terrorisme islamiste à cause de la pauvreté et de l’occupation israélienne. En effet, Gaza constitue un incubateur parfait pour l’islamisme radical. Des années de guerre, de sièges, de gouvernements palestiniens laxistes et extrémistes ont favorisé l’expansion de l’EI à Gaza. Le chômage dans cette ville atteint les 60% alors que 40% de la population ont des revenus inférieurs au seuil de pauvreté. L’eau, l’électricité, les soins médicaux, le système de gestion des ressources hydrauliques, les transports en commun ne sont pas développés, ce qui encourage le fanatisme d’une population qui ne fait plus confiance au Hamas.
En 2015, une milice appelée la « Brigade Omar Hadid » a été créée par l’EI à Gaza. Elle représente actuellement 3,000 combattants dont la majorité appartenait au Hamas. Ce mouvement critique les dirigeants du Hamas qui n’ont pas réussi à tenir la dragée haute aux Israéliens et refuse d’envisager une trêve de 10 ans avec l’Etat juif comme le souhaitent certains membres du Hamas. En mai 2015, le mouvement de Omar Hadid a assassiné Saber Siam, un commandant du Hamas qui s’opposait à l’EI. Les représentants de l’organisation à Gaza estiment que le Hamas a échoué dans son projet de destruction de l’Etat d’Israël depuis sa prise de pouvoir en 2007. Un autre mouvement palestinien extrémiste, Ansar Bayt al-Makdis, est implanté près de la péninsule du Sinaï depuis 2012. Les fondateurs de la branche égyptienne de l’EI ont aidé les Palestiniens à organiser la branche palestinienne du mouvement à Gaza.
Les Palestiniens de l’EI ont recours aux hymnes du mouvement, à l’utilisation du drapeau noir et ont prêté serment d’allégeance à Abou Bakr al-Baghdadi. Ces Palestiniens n’ont reçu aucune aide financière ou matérielle de l’EI étant donné que al-Baghdadi limite le financement des mouvements partisans étrangers. D’autres mouvements représentants l’EI au Nigéria, au Liban, en Libye et en Egypte se sont développés sans recevoir aucune aide financière ou matérielle de Baghdadi (3).

L’EI et Israël

L’affaiblissement de Bachar al-Assad en Syrie depuis le déclenchement de la guerre civile en 2011 réduit notablement les capacités du régime syrien à s’opposer à Israël. Or, l’émergence de l’EI en tant que mouvement international qui domine un large territoire au Proche-Orient pourrait déboucher sur un conflit militaire avec l’armée israélienne, notamment sur les hauteurs du Golan. Il est cependant peu probable que l’armée israélienne soit tenue en échec par l’EI, mais le mouvement terroriste pourrait avoir recours à des attaques suicides à l’intérieur du territoire israélien pour déstabiliser l’Etat hébreu et imposer la fuite de sa population (4).
Sur le front égyptien, le renversement du pouvoir des Frères musulmans en Egypte a renforcé la protection d’Israël sur sa frontière Sud alors qu’Egyptiens et Israéliens ont un intérêt commun : la lutte contre l’EI et contre le fondamentalisme djihadiste. Dans ces conditions, un renforcement de l’EI sur le territoire égyptien aurait pour effet de rapprocher les Egyptiens de l’Etat juif.
Au final, le dilemme pour Israël est de savoir s’il faut en priorité s’opposer à l’EI ou faire la paix avec les Palestiniens.

L’EI en Libye

Les forces armées libyennes secondées par l’aviation américaine et les forces spéciales occidentales ont remporté une éclatante victoire contre l’EI dans la cité libyenne de Syrte. Ailleurs dans le pays, les forces libyennes ont repoussé les combattants de l’EI à Derna, à Benghazi, à Tripoli et à Sabratha près de la frontière tunisienne. Cependant, les défaites militaires de l’EI recèlent de nouveaux dangers (5).
Ainsi, l’EI peut reconstituer une partie de ses forces dans d’autres zones géographiques, notamment dans le désert au Sud de Syrte. Le mouvement est également présent à l’Ouest dans la ville de Sabratha qui constitue une plaque tournante pour les djihadistes tunisiens. Ainsi, les cellules dormantes de l’EI peuvent toujours déstabiliser la capitale Tripoli et sa banlieue.
La Libye constitue ainsi un fief pour les djihadistes de l’EI, d’al-Qaïda ou pour tout autre mouvement djihadiste. Les conditions pour développer ces mouvements extrémistes sont réunies, notamment une longue tradition de djihadisme, une crise économique générale, un vide de pouvoir et un affaiblissement des communautés religieuses et politiques conventionnelles. Toutes ces raisons pourraient conduire à une explosion de la violence. Le réseau et les infrastructures des groupes djihadistes actuels pourraient provoquer de nouvelles mutations alors que de l’EI a éliminé ses adversaires du mouvement Ansar al-Charia à Benghazi, Sabratha et Syrte (6).
L’EI a prospéré, s’est étendu depuis la mi-2014 et s’est impliqué dans le conflit entre les deux camps du pays : la coalition de Down, soutenue par le Qatar et la Turquie et qui rassemble les conservateurs, les Frères musulmans, les berbères et d’autres mouvements armés comme Ansar al-Sharia (7). Les diplomates occidentaux ont espéré que la guerre contre l’EI pourrait leur servir de tremplin afin de trouver une unité politique en Libye : c’est l’opposé qui s’est produit. En effet, les campagnes contre l’EI ont été menées par des troupes indisciplinées et désespérées, qui agissent sans l’apport d’une autorité centrale. Il en va ainsi dans la ville de Mistrata où les forces armées qui se sont opposées victorieusement à l’EI sont rattachées assez faiblement au gouvernement National intérimaire libyen (GNA) de Tripoli. Après la défaite de l’EI, la ville de Syrte doit panser ses plaies, réconcilier ses habitants et reconstruire la ville. Certaines tribus de Syrte comme les Qadhadhafa et les Warfalla considèrent que la victoire de Misrata est pour eux un échec.
Ailleurs en Libye, il y a des conflits latents. Ainsi, à Benghazi, l’Armée nationale libyenne (LNA) de Hifter a affaibli l’EI et d’autres groupes djihadistes au prix d’un démembrement du tissu social. Dans ces conditions, les islamistes évincés pourraient continuer le combat en faisant appel au terrorisme à l’intérieur de la ville de Benghazi. Plus à l’Est, les forces de Hifter consolident le siège de Derna et accusent les islamistes qui s’y trouvent d’appartenir à al-Qaïda. Plus menaçant est le fait que la campagne contre l’EI a encouragé Hifter à rechercher la domination nationale qui pourrait conduire à une reprise des hostilités dans la capitale, Tripoli. Le risque d’un conflit renouvelé ne laissera pas les Américains insensibles alors que leur soutien militaire a permis de vaincre partiellement l’EI en Libye (8).

L’EI en Egypte

A la suite de l’attentat de décembre 2016 contre les fidèles chrétiens au Caire qui a provoqué la mort de 44 personnes, l’Etat islamique a organisé en avril 2017 deux attentats dans la ville de Tanta et à Alexandrie, qui ont frappé deux églises coptes. Depuis des mois, l’EI cherche à importer une tactique sectaire qu’il utilise en Irak afin de déstabiliser cette région et d’y provoquer la disparition des populations minoritaires.
L’EI souhaite que la déstabilisation de l’Egypte par des attentats sectaires soit la première étape pouvant conduire à l’effritement du pays. Le mouvement terroriste estime que les chrétiens en Egypte sont des polythéistes alliés de l’Occident qui doivent être tués ou chassés. Pour l’EI, la situation des chrétiens d’Egypte est similaire à celle des chiites en Irak : les deux communautés doivent être disséminées (9).
En attendant, et même si l’EI n’enregistre pas de succès définitifs en Egypte, la communauté chrétienne de ce pays est dévastée. Alors que la population égyptienne dans son ensemble rejette le mouvement terroriste, al-Harmasy, l’idéologue de l’EI estime qu’un conflit sectaire entre les différentes communautés religieuses en Egypte a été attisé par les islamistes depuis des décennies et que le gouvernement central égyptien y a contribué. Cependant en Egypte, la loi limite la construction d’Eglises, et ne poursuit pas les personnes auteurs de discriminations et d’actes violents à l’encontre des minorités religieuses auxquelles s’attaquent les islamistes. Dans ces conditions, on peut considérer que le terrain est fertile en Egypte afin d’y imposer les idées radicales des islamistes (10).

L’EI au Pakistan

L’EI a émergé au Pakistan en 2014 en diffusant des graffiti et de la propagande dans les rues de Peshawar, Karachi et dans la zone connue sous le nom de Région tribale fédérale administrative (FATA) au Nord-Ouest du Pakistan qui rassemble sept tribus et qui est une zone semi-autonome ayant des frontières avec l’Afghanistan à l’Ouest sur la « ligne Durant », avec le Khyber-Pakhtunkhwa au Nord et à l’Est, et avec le Baloutchistan au Sud. En novembre 2014, le gouverneur de la province du Baloutchistan estimait que l’Etat islamique a recruté plus de 12,000 partisans dans les régions tribales de Hangu et Kurram. Le gouverneur recommandait que des mesures préventives soient prises afin de stopper le développement de l’EI. Sa déclaration ne fut pas suivie d’effet, et les attentats terroristes au Pakistan se sont développés depuis le 30 janvier 2015 (date de l’attaque dans une mosquée chiite située dans le district de Sind ayant provoqué la mort de 60 personnes (11)), revendiqués par des groupes qui ont prêté allégeance à l’EI ou appartenant directement au mouvement terroriste. On peut citer également l’attaque près de l’hôpital civil de Quetta le 8 août 2016 ayant fait 70 morts.
Le gouvernement a adopté le Plan national de lutte contre le terrorisme (NAP) en décembre 2014, qui a permis l’arrestation du dirigeant de l’EI au Pakistan Yousaf al-Salafi. Par la suite, une campagne nationale, Zarb-e-Azb, s’est développée mais n’a pas entrainé de victoires éclatantes contre le terrorisme islamiste. Tous les secteurs de l’Etat (les médias, les services de renseignements, les tribunaux, les partis d’opposition et l’armée elle-même) ont ainsi reproché au gouvernement la poursuite timide de la NAP à laquelle ils reprochent la faiblesse et le manque de résultats (12).

Le sud et le sud-est asiatique

Le sud et le sud-est asiatique regroupent la majorité des musulmans dans le monde. Dans ces pays, l’EI veut recruter des combattants pour faire le djihad, notamment au Bengladesh, en Indonésie, en Malaisie et aux Philippines. Ces pays ont des frontières poreuses et se caractérisent pas un relâchement des contrôles douaniers (Singapour est une exception dans ce domaine). Plusieurs de ces pays sont minés par le chômage des jeunes. Ainsi, si le Bengladesh et l’Indonésie ont des résultats économiques concluants depuis 10 ans, ils doivent faire face à un chômage endémique. Cette situation convient à l’EI d’autant plus que durant les dernières années, plus de 1,000 ressortissants (13) des pays de cette région (principalement des Malaisiens et des Indonésiens) se sont rendus dans des territoires contrôlés par l’EI au Moyen-Orient afin d’assimiler les dernières techniques du djihad international, et seraient retournés dans leur pays d’origine (14).
D’autre part, il faut signaler que l’EI a créé une brigade djihadiste en Syrie composée de combattants venus d’Indonésie, de Malaisie et des pays avoisinants et qui participent aux combats en Syrie. Cette brigade a diffusé sur les réseaux sociaux l’entrainement militaire auquel se soumettent des enfants d’Asie du sud-est dans les territoires contrôlés par l’EI. Des ressortissants de ces pays basés à Raqqa ont d’autre part organisé un attentat à Jakarta le 14 janvier 2016, tuant 8 personnes et blessant 23 autres, ce qui prouve leur engagement djihadiste et laisse prévoir leur expansion dans leurs pays d’origine.
Les réseaux sociaux de l’EI sont de plus en plus destinés au public du sud et du sud-est asiatique comme le Bengladesh, l’Indonésie, les Philippines, la Thaïlande, Myanmar et la Malaisie, pays connus pour l’utilisation intensive des réseaux sociaux par leurs ressortissants. Durant les deux dernières années, les réseaux sociaux de l’EI ont diffusé des informations d’une extrême brutalité et violence encourageant les citoyens du sud-est asiatique à se rebeller contre leurs hommes politiques modérés et contre leurs dignitaires religieux qui condamnent le terrorisme djihadiste.
Notes :
(1) Michael Axworthy « The Tehran Attack Makes It Clear : We’re on the Same Side as Iran Against ISIS », The Guardian, le 8 juin 2017 https://www.theguardian.com/commentisfree/2017/jun/08/tehran-attack-isis-iran-west-shia-ally
(2) Sami Moubayed, « Hamas Powerless as ISIS Gains Ground in Palestine », Asia Times, le 11 janvier 2017 http://www.atimes.com/article/hamas-powerless-isis-gains-ground-palestine/
(3) Ibid.
(4) Ronald Tiersky, « ISIS : What Does It Mean for Israel ? », Huffington Post http://www.huffingtonpost.com/ronald-tiersky/isis-what-does-it-mean-fo_b_5489756.html 
(5) Frederic Wehrey, Wolfram Lacher, « Libya After ISIS », Carnegie Endowment for International Peace, le 22 février 2017 http://carnegieendowment.org/2017/02/22/libya-after-isis-pub-68096 
(6) Ibid.
(7) Rebecca Murray, « Libya : A Tale of Two Governments », Al-Jazeera, le 4 avril 2015 http://www.aljazeera.com/news/2015/04/libya-tale-governments-150404075631141.html 
(8) Ibid.
(9) Mokhtar Awad, « Why ISIS Declared War on Egypt’s Christians », The Atlantic, le 9 avril 2017 https://www.theatlantic.com/international/archive/2017/04/why-isis-declared-war-on-egypts-christians/522453/ 
(10) Ibid.
(11) Hammal Kashani, « Is Pakistan Ready to Counter ISIS ? », The Diplomat, le 15 février 2017 http://thediplomat.com/2017/02/is-pakistan-ready-to-counter-isis/ 
(12) Ibid.
(13) Néanmoins, l’implantation de l’EI dans cette région est limitée si l’on tient compte du fait qu’il y a 240 millions de musulmans dans le sud-est asiatique et environ 140 millions au Bengladesh. Comme nous l’avons déjà indiqué, un millier de personnes ressortissant de ces pays se sont rendus dans les territoires contrôlés par l’EI. Ils sont plus de 7,000 en Tunisie (pour une population de 11 millions d’habitants) ; plus de 1,600 en France (pour une population de 66 millions d’habitants) ; plus de 600 en Egypte (pour une population de 90 millions d’habitants). D’autre part, et d’après des sondages, il apparaît que l’EI a très peu de partisans au sein des populations du sud asiatique et du sud-est asiatique. En Indonésie des sondages ont permis de constater que 4% des Indonésiens ont une image favorable de l’EI. Joshua Kurlantzick, « Southeast Asia – The Islamic State’s New Front ? », Carnegie Council for Ethics in International Affairs, le 4 octobre 2016 https://www.carnegiecouncil.org/publications/ethics_online/0122 
(14) Joshua Kurlantzick, « Southeast Asia – The Islamic State’s New Front ? », Carnegie Council for Ethics in International Affairs, le 4 octobre 2016 https://www.carnegiecouncil.org/publications/ethics_online/0122

mercredi 21 juin 2017

... σχεδόν ο Σουρής στη Συρία. περιοδικό 'Κλαυσίγελως', ή 'Για γέλια και για κλάματα' ιστορία ενός σατιρικού περιοδικού στη Συρία του Μεσοπολέμου

http://ifpo.hypotheses.org/7517?utm_source=lettre

Al-Mudhik al-Mubki : une revue satirique d’avant-garde en Syrie (1929-1939)

« La vie parlementaire », 9 décembre 1933Al-Mudhik al-Mubkî [المضحك المبكي = celui qui fait rire et pleurer] … Deux mots qui ont fait rire et pleurer toute une génération de la Syrie de l’entre-deux-guerres jusqu’aux années 1960. Derrière ce nom s’abritent un journal laïc, « politique, satirique et caricaturiste » (éditorial), un intellectuel syrien, Habîb Kahhâla et une recette inédite dont l’ingrédient fondateur est la caricature politique. Alors qu’en Syrie, la société et le patrimoine sont chaque jour plus menacés, il est crucial de revenir sur un héritage majeur de son histoire, un des journaux les plus emblématiques de l’époque mandataire en Syrie, un trésor méconnu de la Bibliothèque de l’Institut Français du Proche-Orient de Damas, actuellement inaccessible au public du fait de la guerre.
Ce billet découle d’un mémoire d’Histoire contemporaine effectué en 2008 sous la direction de Nadine Picaudou et intitulé « L’image du pouvoir mandataire à travers les caricatures politiques du journal satirique syrien, Al-Mudhik al-Mubkî, dans l’entre-deux-guerres : 1929-1939 ». Il s’appuie sur l’analyse de plus d’une centaine de caricatures dont une partie a été traduite et commentée par l’auteure dans un album mis en ligne sur Flickr par l’Ifpo. Se replonger dans ses caricatures nous permet non seulement de lire sous un autre jour la décennie de l’entre-deux-guerres (1929-1939) et les ambivalences des relations politiques pendant le Mandat, mais aussi de documenter le monde de la presse en Syrie dans les années 1930 et l’émergence de la profession de journaliste.

L’écho d’une époque : le mandat français en Syrie

Caricature d’inauguration du journal, 23 août 1929Publié entre 1929 et 1966, Al-Mudhik al-Mubkî est l’un des organes de presse les plus importants du XXe siècle en Syrie, tant par la diversité de son lectorat et de sa ligne éditoriale que par sa longévité et l’usage privilégié de la caricature, alors inédit dans la presse locale. Son rédacteur en chef, Habîb Kahhâla (1898-1965) – diplômé de l’American University of Beirut – adopte un ton humoristique et subversif pour défendre des idéaux nationalistes, notamment à travers des dessins acerbes contre les hommes du pouvoir français, mais qui n’épargnent pas pour autant les hommes politiques syriens. Ce côté rebelle contraste avec sa personnalité puisque sa nièce, Colette Khuri le décrit comme « un homme fragile qui avait peur de tout. Lorsqu’il entrait chez lui, il demandait à sa femme de lui allumer la lumière. Mais lorsqu’il avait sa plume à la main, il était capable de critiquer tout le monde, avec force, subtilité et finesse.  L’homme ne criait jamais que sur sa feuille » (entretien à Damas en avril 2008).
Al-Mudhik al-Mubkî est l’un des cinq journaux satiriques publiés en Syrie dans les années 1930. L’hebdomadaire n’est certes pas le premier de l’histoire de la Syrie – Jirâb al-Kurdî (« le baluchon du kurde », fondé par Tawfîq Jânâ en 1908, qui se positionnait contre le mandat anglais et le sionisme) faisant figure de pionnier – mais Habîb Kahhâla est souvent considéré comme le chef de file de la presse satirique. Al-Mudhik al-Mubkî, bien que largement diffusé, à Damas essentiellement et dans une moindre mesure à Alep, Homs, Hama et Beyrouth, dispose d’un organigramme rudimentaire : dans les années 1930, il n’est l’entreprise que d’un seul homme. Habîb Kahhâla est en charge de l’écriture de la quasi-totalité des articles et ne fait appel qu’à un caricaturiste, un imprimeur, un zincographe et un distributeur. Parfois, lorsqu’il se trouve en « pénurie » de caricaturistes, il se charge lui-même de cette rubrique, primordiale à ses yeux. Entre 1929 et 1939, il engage pour la réalisation de la majorité des caricatures deux peintres de formation : Tawfîq Tarîq (1875-1940) – peintre réaliste syrien et pionnier de la peinture à l’huile en Syrie – et Khalîl al-Ashqar (connu sous le pseudonyme « Joulian », « Julian » ou « Darwish »). Ces deux dessinateurs n’avaient jusqu’alors guère exercé l’art de la caricature, ce qui pourrait expliquer leur timidité initiale à déformer et exagérer les traits de leurs personnages que révèle un certain réalisme dans les compositions.
Les images que l’on retrouve dans cet album ont été publiées au cours de la décennie 1929 – 1939, à une période où la Syrie est placée sous mandat A de la Société des Nations. Le Mandat institutionnalise, dès l’arrivée des troupes françaises à Damas en 1920, la partition territoriale de la Syrie en plusieurs États : le Grand Liban, l’État de Damas, d’Alep, des Alaouites et du Djebel druze, ainsi que le sandjak d’Alexandrette qui bénéficie d’un régime d’autonomie spéciale. La France y est chargée d’« élaborer un statut organique pour la Syrie et le Liban en accord avec les autorités indigènes » et de « favoriser les autonomies locales », d’assurer la défense, la sécurité et les relations extérieures des territoires » (charte du Mandat en 1922).
« Les négociations », 15 avril 1933Les dessins de presse sélectionnés dans notre étude mettent en scène les représentants de l’autorité mandataire française (haut-commissaire, délégués, ministre des Affaires étrangères) et ceux du pouvoir syrien (chefs de gouvernement, ministres, chefs de partis politiques et hommes politiques). L’acteur de cette relation syro-mandataire le plus représenté demeure le haut-commissaire français – basé à Beyrouth – qui concentre l’ensemble des pouvoirs politique, militaire, législatif et économique et contrôle le gouvernement syrien. Il est assisté par des délégations qui représentent le haut-commissaire auprès des différents États créés par le Mandat, et qui y disposent des pleins pouvoirs. Mais l’hebdomadaire s’en prend également aux autres acteurs du jeu politique mandataire, le parlement et le gouvernement syriens, pour majorité des « modérés » en 1929, auxquels viennent s’ajouter des nationalistes dès 1932. Dans les années 1930, la politique mandataire opte pour la coopération avec les hommes politiques syriens. Les fonctionnaires français et les élites syriennes – même nationalistes plus radicales – entretiennent dès lors un dialogue permanent qui n’est pas sans heurts.

Pratiques et critiques pionnières : un combat nationaliste ancré dans la Nahda

La langue utilisée dans les légendes et les titres est particulièrement innovante pour l’époque : une langue médiane, simplifiée, à la croisée de l’arabe littéral et de l’arabe dialectal, ce qui fait d’Al-Mudhik Al-Mubkî un des premiers journaux arabes à avoir introduit le dialectal dans ses lignes. Les caricatures – véritable marque de fabrique du journal – y tiennent une place de premier ordre. Les images présentées en première et quatrième de couverture sont en couleurs, ce qui les différencient de celles disséminées à l’intérieur du journal, en noir et blanc et parfois extraites de journaux étrangers (Le Rire, London Opinion, Herald Tribune notamment). Ces dessins satiriques sont placés en pleine-page et occupent une place stratégique : tout en annonçant le ton de l’ensemble du numéro, elles synthétisent en quelques traits l’événement le plus marquant de la semaine, auquel au moins un article fait référence.
"Allons enfants de la patrie", 26 juillet 1929La caricature intitulée « Allons enfants de la patrie », vaut au journal une suspension de trois mois. Datée du 26 juillet 1930 et signée par Khalîl al-Ashqar, elle est accompagnée de la légende suivante : « Les ministres chantant la Marseillaise pendant la fête du 14 Juillet ». Quelques jours après la célébration de la fête nationale française, cette charge représente le gouvernement syrien travesti en bouffons, célébrant avec une ferveur extrême, la fête nationale française. Le chef du gouvernement, Tâj al-Dîn, à la tête de la fanfare, est suivi de ses ministres, Jamîl al-‘Ulshî, Wâthiq al-Mu’ayyad et Tawfîq Shâmiyya. La scène est observée par le délégué d’Henri Ponsot à Damas. Frappant avec force sur un tambour, Tâj al-Dîn al-Hasani exprime tout son enthousiasme à défendre les intérêts français, en chantant la Marseillaise, symbole du patriotisme français. C’est ici la francisation et l’assimilation à la culture mandataire (voire l’acculturation) qui sont visées, résultats d’une coopération déséquilibrée entre les ministres syriens et les agents français du Mandat. Les ministres syriens semblent non seulement favorables au Mandat, mais surtout à la France toute entière. Il s’agit d’une scène de « carnaval sans carnaval », où les fanfarons se transforment en marionnettes du pouvoir mandataire. Les membres du gouvernement mettent de côté leurs ambitions nationalistes et préfèrent célébrer la Révolution française ; ce qui ravit le mandataire, qui lève le bras en signe de soutien. Ce qui est décrié, c’est le passage d’une simple soumission structurelle des gouvernements syriens au Mandat, à une servitude volontaire. La critique vise d’abord l’autoritarisme du haut-commissaire et la sujétion de ses interlocuteurs syriens. Ce premier niveau de revendication, classique du discours nationaliste, se conjugue à une autre forme de condamnation : celle de la coopération de façade du gouvernement syrien – incarnée par des figures de « traîtres » comme les nomme le journal – avec le pouvoir mandataire. La charge est d’ailleurs plus virulente envers le gouvernement syrien voire les nationalistes modérés qu’envers les représentants du Mandat français. On constate les ambiguïtés de la relation syro-mandataire : elle n’est ni exclusivement unilatérale, ni réellement coopérante comme les dirigeants français et syriens de l’époque ont tenté de le faire croire.
Cette attaque envers les deux parties de la relation mandataire a servi un programme de réforme plus général, ancré dans l’idéologie de la Nahda. Ce combat s’articule notamment autour de l’unité territoriale de la Syrie, l’indépendance, la liberté de la presse et d’opinion et, phase ultime de cette émancipation, la démocratie. Tout en se réclamant implicitement d’un nationalisme sans compromission avec la domination française, le journal n’est pas pour autant la voix d’un parti politique spécifique, ni d’un syndicat, ni d’un bloc parlementaire, mais la voix d’un seul homme et c’est en cela qu’il est original.
Les cinq aspirations nationalistes, 19 novembre 1932La caricature « Les cinq aspirations nationalistes », datée du 19 novembre 1932, résume bien sa ligne politique, proche de personnalités politiques comme Ibrâhîm Hanânû (1869-1935). On y observe le haut-commissaire Henri Ponsot et son délégué, perchés de part et d’autre d’un haut obstacle constitué de plusieurs barres, chacune représentant une revendication nationaliste : l’unité syrienne ; l’amnistie générale ; la souveraineté nationale ; [abolition de] l’article 116 [annexé par Ponsot à la Constitution du président de l’Assemblée constituante Hashim Al-Atâsî en mai 1930 qui escamote la revendication d’unité] ; [abolition de] la loi d’interdiction des crimes [qui est en fait la loi de censure de la presse]. Les deux ministres nationalistes du gouvernement modéré de ‘Alî al-‘Abid sont à cheval, au pied de l’obstacle qu’ils contemplent par le bas, sans toutefois parvenir à le surmonter. Ibrâhîm Hanânû, fondateur du Bloc national syrien est figuré en arrière de la scène principale et s’adresse aux ministres, d’un ton intransigeant : « Soit vous êtes capables de sauter cet obstacle, soit vous arrêtez tout ». Les mandataires s’évertuent à ériger un obstacle si haut que les ministres ne parviennent ni à le surmonter, ni à réaliser les aspirations inscrites devant eux. Apparaît pour la première fois dans le journal l’idée de « souveraineté nationale ». Elle passe par l’« unité syrienne » (qui rassemblerait le Liban, le Djebel Druze, l’État des Alaouites, la Palestine et la Transjordanie), par « l’amnistie » – celle de tous les condamnés de la révolte de 1925  – mais aussi par une vie parlementaire saine et juste.

Face à la censure, la constitution du métier de journaliste en Syrie

Ce journal a également participé à l’affirmation de l’activité de journaliste en Syrie comme une profession à part entière, avec ses acteurs, ses stratégies, ses conventions, son langage, et a fait émerger un « petit monde des intellectuels » (Leila Dakhli, 2009). Najîb al-Rayyis, propriétaire du journal Al-Ayyâm, Ma`rûf Arnaût de Fata al-`Arab, Najîb al-Armânâzî, propriétaire et directeur du quotidien Al-Ayyâm, Adîb al-Safâdî, rédacteur dans les quotidiens Al-Sha`b et Al-Muqtabas sont autant de figures médiatiques qui émaillent l’hebdomadaire et contribuent à créer une « communauté de presse » avec des jeux de connivence entre journaux, des critiques communes et une solidarité face à la censure qu’ils subissent.
La résurrection d’Al-Mudhik al-Mubkî, 11 octobre 1930Le 11 octobre 1930, après sa suspension de trois mois, le journal reparaît avec la caricature intitulée « La résurrection d’Al-Mudhik al-Mubkî ». Elle présente quatre membres du gouvernement modéré de Tâj al-Dîn (le chef du gouvernement), Tawfîq Shâmiyya (ministre du Travail), Jamîl al-‘Ulshî (ministre des Finances) et `Abd al-Qâdir al-Kaylânî (ministre du Commerce et de l’Agriculture). Ils courent, affolés, les mains en l’air, pour fuir une femme surgissant d’une tombe enfumée, aux cheveux déliés, au sein dévoilé, vêtue d’une robe d’un blanc immaculé. La légende nous informe qu’« Al-Mudhik al-Mubkî a ressuscité d’entre les morts et a vaincu la Mort ». La femme – allusion à la Marianne française et allégorie du journal– brandit une bannière rouge où est inscrit le nom du journal. Ayant vaincu sa propre mort provoquée par le gouvernement, elle est symbole de Victoire : debout, son bras levé vers le haut, surplombant la scène, elle regarde à l’horizon, vers l’avenir. La représentation des membres du ministère syrien contraste avec celle de la femme : l’air effrayé, la bouche ouverte et les doigts écartés, dispersés dans la partie inférieure de la composition. Ils portent des costumes de couleur noire qui contrastent avec le blanc de la robe – couleur de l’innocence et de la vérité. À ses côtés, les ministres s’écrient : « Misère, Al-Mudhik al-Mubkî est revenu ». La référence au récit biblique de la résurrection est manifeste : le journal est ainsi sacralisé et sa légitimité affirmée. Les anciens censeurs se transforment en ministres menacés par l’œil critique d’Al-Mudhik al-Mubkî. Le journal, par son ton provocateur et frondeur, se fait le chantre de la lutte pour la liberté de la presse.
Véritable reflet de l’histoire politique de l’entre-deux-guerres, les dessins d’Al-Mudhik al-Mubkî permettent de s’immerger dans un flot d’événements, d’anecdotes, de noms, de polémiques, souvent difficiles à restituer. Si toutes ces caricatures étaient très compréhensibles pour leurs contemporains, leur sens s’est parfois estompé avec le temps. Ceci représente d’ailleurs une spécificité de la caricature et de la difficulté à l’étudier. La postérité de ces images est d’autant plus menacée qu’elles illustrent la vie d’un microcosme régional (la Syrie) voire urbain (Damas). Dans le contexte des années 1930, ces dessins ont largement contribué à faire l’événement, ou du moins à le prolonger dans les esprits. Al-Mudhik al-Mubkî a été une « scène de théâtre pour le peuple, son lieu de divertissement, une galerie d’expositions de ses plaintes, une école de jour et de nuit où les analphabètes apprenaient le b-a ba de la politique » comme l’écrit Fawâz al-Shâyab, le 2 janvier 1966, dans le journal en voie de disparition (n°1149). Si ces charges sont un reflet de l’histoire événementielle de la Syrie des années 1930, elles n’en sont qu’un reflet déformé par le point de vue des dessinateurs. Ce qui figure dans Al-Mudhik al-Mubkî n’est pas l’histoire du milieu politique syrien, mais plutôt celle de son envers, sa face cachée, ses coulisses.
Après avoir atteint son âge d’or en 1964 avec plus de 20 000 exemplaires tirés, le journal disparaît en juin 1966, à la suite du décret de sa suspension définitive par le partie Ba`th. Cette date marque le début d’une longue période de paralysie de la presse qui dure jusqu’à nos jours. Al-Mudhik al-Mubkî demeure présent dans la mémoire collective syrienne comme un journal qui a marqué l’histoire. Au XXIe siècle, des initiatives éparses ont permis, de lui donner une deuxième vie : le caricaturiste syrien ‘Alî Ferzat’, agressé par les sbires du régime en 2011, avait créé dix ans auparavant un hebdomadaire satirique, Ad-Dommari, qui s’inscrivait dans la lignée d’Al-Mudhik al-Mubkî. Bien qu’il ait été le premier journal autorisé depuis 1963, vendu à 100,000 exemplaires les premières semaines, il fut interdit une dizaine de numéros après son lancement. En outre, en 2005, un hebdomadaire est sorti sous le nom de Al-Mubkî (« celui qui fait pleurer »), allusion directe à son prédécesseur des années 1930. Mais la section « celui qui fait rire » y a été supprimée car la presse actuelle, muselée par la dictature sanguinaire du régime, n’a plus les moyens de rire.
Ce billet est tiré du mémoire de Marion Slitine, sous la direction de Nadine Picaudou, Paris 1-Sorbonne, Master 1 de Recherche, mention Histoire « Spécialité Histoire de l’Afrique : Histoire du Maghreb et des sociétés arabes contemporaines », réalisé en 2008. Commentaires, traductions et photos de Marion Slitine.

Bibliographie

  • ABDELKI Y., La caricature en Syrie, 1906-1966, Analyse de style, (Étude sur les caricaturistes syriens depuis le début du XXe siècle et particulièrement sur les caricaturistes d’Al-Mudhik al-Mubkî, dans le cadre de la formation de l’auteur en arts plastiques à Paris IV Sorbonne), Maktabat al-Azhirya
  • DAKHLI, L., Une génération d’intellectuels arabes, Syrie-Liban 1908-1940, Karthala, 2009
  • ELIAS, J., تطور الصحافة السورية في مائة عام 1865-1965, (Évolution de la presse syrienne, 1865-1965), Beyrouth, Dâr al Nizâl, 1983
  • KHOURY P.S., Syria and the French Mandate, The Politics of Arab Nationalism 1920-1945, Londres, I.B. Tauris, 1987, https://doi.org/10.1515/9781400858392
  • MEOUCHY N. (dir.), France, Syrie et Liban, (1918-1946), Les dynamiques et les ambiguïtés de la relation mandataire, Damas, IFEAD, 2002, https://doi.org/10.4000/books.ifpo.3155
  • SLITINE Marion, « L’image du pouvoir mandataire à travers les caricatures du journal satirique syrien Al-Mudhik Al-Mubki, 1929-1939 », Master 1 en Histoire, Mention « Sociétés arabes contemporaines » à Paris 1-Sorbonne, sous la direction de Nadine Picaudou, 2008
Pour citer ce billet : Marion Slitine, « Al-Mudhik al-Mubkî, une revue satirique d’avant-garde en Syrie (1929-1939) », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), le 09 juin 2017. [En  ligne] http://ifpo.hypotheses.org/7517

Remerciements

Mes profonds remerciements s’adressent à Nadine Picaudou, qui m’a montré le chemin, ainsi qu’à Hassan Abbas et Soheil Shebat, pour les longues heures passées à appréhender ce passé. Sans ces chers professeurs, l’exploration de ce monde n’aurait jamais pu avoir lieu.
Marion Slitine
Marion Slitine est doctorante en anthropologie à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS-Paris). Après avoir travaillé au Centre culturel de Damas puis à l’Institut Français de Jérusalem, elle a bénéficié de la bourse « Aide à la Mobilité Internationale » (2012-2014) à l’Ifpo des Territoires palestiniens où elle a vécu pendant trois ans, puis des bourses du Musée du Quai Branly et du MUCEM/Fondation Camargo (Marseille-Cassis). Sa thèse porte sur l’art contemporain palestinien à l’heure de la mondialisation.